La Immrama - acte 6 : Nilrem (broché)

E-mail
Note : Pas noté
Prix:
Prix : 8,00 €
Description du produit

Sakura et Kentaro sont en route pour le lycée de la jeune fille à la tache de naissance.

Vêtue de son kimono, offert par son grand-père, elle s'empresse de trouver un moyen de retrouver Anne, laissée seule par sa faute et risquant d'être attaquée par les maitres de chimères.

Pour la retrouver, il leur faut son adresse... en espérant qu'il ne soit pas trop tard.

Sur Béritania, Arturia, Rosélia, Schpartz et tous les soldats d'Hinflora présents à cet instant-là, ont eu affaire à Nilrem, le prélat danamm qui a contaminé la jeune fille d'Ozalia. Cette dernière, pourtant revancharde, a hélas dû renoncer à vaincre l'homme en robe rouge, tant il est puissant.

Il est venu leur annoncer que les danamms allaient revenir, plus nombreux, plus forts et plus déterminés.

Désormais,Rosélia est sûre d'une chose. Hinflora... va avoir besoin d'aide...

... rapidement.

 

 Extrait 1 :

Soudain, Faunyca arriva dans les airs et atterrit juste devant l’huis dont elle était la gardienne, surprenant incroyablement les deux hommes qui ne l’avaient point entendue venir. Elle se posa avec la grâce d’un chat sur le sol, les jambes extrêmement écartées et tendues en relevant ses fesses, le buste parallèle au sol et les bras en avant, les poignets se croisant et le bout des doigts posés sur la terre verdoyante de la clairière, tandis que son visage, dont les cheveux frôlaient l’herbe, était orienté vers les deux intrus.

Elle avait le regard froid, rivant ses yeux sombres et froncés sur ces deux inconnus, et la face tendue, montrant une intense détermination. Encore surpris de cette venue subite, les deux hommes en armures argentées s’étaient mis en position défensive tandis que la chimère leur demanda d’un ton plutôt sec :

« Que faites-vous ici ? Que voulez-vous ? »

 

 Extrait 2 :

Ils se rendirent donc dans le bourg abandonné. Une fois qu’ils furent à l’intérieur, ils stoppèrent leur marche et s’immobilisèrent. Tous deux regardèrent minutieusement les alentours, cherchant une présence danamm.

Au bout d’un moment, l’imposant et grand colonel, ne voyant rien à l’horizon, informa sa partenaire de voyage :

« Un village de l’ancien royaume de Sicalan. »

Arturia dévisageait les demeures abandonnées, tournant sa tête, dont les yeux scrutaient avec attention les moindres détails des maisons, dans tous les sens pour ne rien rater. Ayant entendu la phrase de Schpartz, elle lui lâcha, d’une voix montrant un notable dépit :

« C’est affreux. Comment ces belles maisons ont-elles pu devenir si tristes ?

- A cause de la guerre, lui répondit le fier colonel. »

Tandis que son esprit se perdait dans toutes ces bâtisses en pierres brutes anéanties par l’armée pestiférée, le village semblant tourner lentement autour d’elle, Arturia prononça en murmurant :

« La... la guerre ? »

Elle était profondément dépitée devant une telle horreur. Le vide de vie de ces maisons la peinait terriblement. Elle s’imagina alors les maisons telles qu’elles devaient être à l’époque où la peste n’existait même pas. Telles qu’elles devaient être, à l’époque où le soleil les inondait encore de sa belle et chaude lumière.

Elle s’imagina un village rempli d’hommes, de femmes et d’enfants qui aimaient à couler des jours heureux dans ce petit hameau. Elle les voyait dans leurs maisons entretenues par leurs propriétaires, dans leurs tâches quotidiennes, dans l’éducation de leur progéniture. Elle les imagina, tout simplement en train de vivre.

Alors que le village, fraichement rénové dans son esprit, continuait de l’entourer en tournoyant très lentement, elle ne put s’empêcher de sourire, pensant à ce bonheur perdu.

 

Auteur : Joren Eden

Référence : AJE001IMM106P

ISBN : 979-10-7000-005-2

Format : A5

Commentaires des clients

Il n'y a pas encore de commentaire sur ce produit.